fbpx

Je vais vous parler d’une vision de la pêche à la mouche qui fait vibrer mon cœur, celle où ce sport que nous chérissons devient un prétexte de réunion familiale. Une occasion unique en elle-même de partager du temps de qualité très loin du WIFI.

Ici, je ne vous dis pas qu’il vous faudra patienter 10 à 13 ans pour partager cette passion avec vos enfants ou petits-enfants. Enfin, je l’espère, parce qu’au moment où j’écris ces mots, notre futur petit «papoutte» se prélasse encore bien confortablement dans le magnifique ventre tout rebondi d’Amélie. Je sais très bien que tous les enfants sont différents, mais du moins, j’ai bon espoir. Un espoir qui prend source dans les innombrables aventures dans lesquelles mon bon ami Pierre, père de 3 enfants, parvient à entrainer toute sa petite famille à chaque année. Laissez-moi vous dire que je le regarde fonctionner et de l’espoir, il m’en donne! Parce qu’il a commencé aussi tôt que 4-5 ans.

Bon, on va quand même prendre son gaz égal! Ce n’est pas à cet âge que vous les verrez faire des «loops» se déployant sur 70-80-90 pieds, quand même… restons réaliste. Mais même à ce jeune âge, cela peut être une belle occasion de commencer à stimuler et éveiller leur intérêt pour cette activité. Profiter de l’occasion qu’offre cette période unique de la vie où tout est encore susceptible de produire de l’émerveillement. À cet âge, animé d’une curiosité dévorante pour tout, je crois que ce ne sera pas un grand effort pour les faire connecter avec la nature. En fait, c’est le moment idéal pour donner naissance à des souvenirs qui s’inscriront en lettres de feu dans leur cœur. 

Bien sûr, vous ne pourrez probablement pas passer autant de temps que ce que vous en avez l’habitude à taquiner de façon active les poissons tant convoités. Par contre, en adaptant votre rythme à celui de votre enfant, vous sèmerez le germe qui pourra donner naissance à un partenaire de pêche inconditionnel!

Un âge pour découvrir, un âge pour aider 

 

Pour ma conjointe et moi-même, l’action de pêcher n’est qu’une toute petite partie de l’aventure que constituent nos expéditions. En fait, c’est l’instant le plus éphémère du périple. Pour nous, tout ce qu’il y a avant et même après, constitue la réelle quête de la pêche à la mouche.

Dès l’instant où vous planifiez une expédition de pêche, l’aventure commence. C’est ce parcours qui devient alors le prétexte pour construire des souvenirs familiaux qui survivront à l’épreuve du temps. En fait, à partir du moment où la date et la destination sont fixées, vous pouvez construire votre calendrier de l’avant pêche! Vous vous retrouvez avec un espace temps à combler où vous pouvez leur faire découvrir les petits trésors de Dame Nature. En vous informant préalablement en famille sur la région que vous irez visiter, ses plans d’eau, la nature qui les borde et la vie qui y foisonne, vous pourrez avoir des indices sur le type d’expédition que vous effectuerez.

Par exemple, expliquez qu’en pêchant à la mouche, c’est un peu comme jouer à «police voleur» avec les poissons. Toute la famille tentera de les déjouer en leur présentant des imitations de ce qu’ils ont au menu (insectes, menés, invertébrés et petits amphibiens). Je ne sais pas si la comparaison est encore d’actualité, mais je la trouvais cute! Mieux ils connaitront l’environnement où évolue le poisson, plus la famille augmente ses chances de capture. Comme ils sont à l’âge de développer leur motricité fine et que le bricolage fait partie intégrante de la garderie et la maternelle, c’est le temps parfait pour les impliquer dans vos périodes de montage de mouches. Présentez-leurs sommairement ce que vous faites et laissez leurs esprits créatifs donner naissance à des chefs d’œuvre tous plus originaux les uns que les autres et dont la performance en situation de pêche pourrait bien vous étonner vous-même.

Regarder des émissions sur la pêche à la mouche, des documentaires sur les poissons et sur la vie aquatique. Faites-les imaginer, décrire et rêver des endroits que vous irez explorer avec eux. Inventez-vous des histoires de pêche abracadabrantes à partir de leurs contes préférés ou avec des membres de la famille avec qui ils ont un bon lien de complicité.

Pour faciliter le bon fonctionnement de l’expédition, assurez-vous d’être deux adultes, l’un qui pêche et l’autre qui supervise l’exploration du territoire. Guidez les enfants dans leur recherche, comparez les spécimens découverts avec le contenu de vos boîtes à mouches. Lorsque vous ferez une capture grâce à leurs conseils, préparez-vous à faire une pose et admirer le déluge d’énergie qui s’emparera d’eux. De tels moments d’euphorie deviendront le ciment d’une complicité unique unissant à jamais tous les membres de la famille.

Prenez le temps de vous arrêter sur le bord de l’eau et tenter de deviner avec eux où se cachent les poissons. Faites-les parler et expliquez, dans leurs mots d’enfants, pourquoi ils croient que les poissons pourraient se cacher dans les endroits plus tôt qu’un autre. Laissez-vous inspirer par leur univers coloré et complétez leurs observations en leur présentant des histoires qui corrigeront gentiment leur perception et leur permettront d’affiner leur lecture de plan d’eau.

Une activité parfaite pour le développement moteur et affectif

 

Graduellement, vous pourrez l’introduire au mouvement complexe d’un lancer à la mouche classique. Vous pouvez débuter en exécutant le lancer vous-même et en lui prêtant la canne lorsqu’un poisson se retrouvera au bout de la ligne. Puis rapidement, il vous demandera pour faire lui-même ses lancers. En parents aimants, vous l’accompagnerez tout d’abord pas à pas, en le guidant d’une main sûre et réconfortante dans chacune des étapes du mouvement.  Vous lui apprendrez ensuite à reconnaitre une touche et l’encouragez à persévérer et à apprivoiser l’excitation de l’anticipation d’une attaque. Vous devrez le guider pour qu’il prenne contact avec les principales embuches de la pêche qui, avouons le, sont de merveilleuses occasions d’expériences et d’apprentissages. Puis, plus rapidement… beaucoup plus rapidement que ce que vous ne le pensez, vous vous retrouverez à regarder votre progéniture peigner un plan encore plus méthodiquement et efficacement que vous. Dans de telles conditions, vous risquez de vous laisser prendre au piège, comme de nombreux parents, en réalisant que vous prendrez probablement plus de plaisir à regarder votre enfant évoluer, grandir et s’attacher à l’environnement que vous lui ferez découvrir!

Selon le niveau de maturité de votre enfant et la fréquence de temps que vous aurez passé avec lui sur le bord du plan d’eau, vous pourriez être étonnés de la vitesse à laquelle évolueront leurs compétences et ici, je ne parle pas uniquement de la pêche. Nous vous parlons aussi de leurs capacités motrices, intellectuelles et affectives. De nombreuses études démontrent que le simple fait de marcher en forêt, stimule de façon plus globale et systémique le développement du cerveau d’un enfant en raison de la variété des sources de stimulations auxquelles ils sont exposés (visuelles, sonores, olfactives et tactiles).

Puis viendra l’époque, où possiblement, il montera plus de mouches que vous et pratiquera le sport que vous chérissez à une fréquence bien au-delà du temps que vous-mêmes êtes en mesure d’en accorder. Vous saurez alors, l’œil fier que vous êtes parvenus à lui transmettre votre passion. Mais bon, comme dirait ma «prof» de méditation préférée, ma douce : Vivez le moment présent! Cela aussi changera!

Vous avez aimé ce texte?

Si ce texte vous donne le goût de découvrir la pêche à la mouche et que vous avez besoin d’un coup de main pour en faire une activité familiale, n’hésitez pas à prendre contact avec nous. Il nous fait toujours plaisir d’accueillir des parents et leurs enfants dans nos ateliers, que ce soit pour vous initier au montage de mouche ou aux techniques de lancer. 

En fait, nous avons les ateliers qu’il vous faut! Avec nos évènements de montage de mouche, c’est exactement ce que nous visons les samedis matins. De plus, pour le lancer, les témoignages de nos clients vous démontreront que nous sommes en mesure d’adapter nos enseignements aux capacités du jeune passionné dès l’âge de 8-9 ans.

Un merci tout spécial à une très bonne amie Marie Lyse Lemelin, mère extraordinaire, ambassadrice exceptionnelle et, bien sûr, une passionnée de la pêche à la mouche exemplaire, sans qui nous n’aurions pas été en mesure d’agrémenter ce blogue d’aussi magnifiques photos! La famille est bien sur le point de s’agrandir, mais nous ne pouvions pas encore inventer d’aussi belles images.

En fait, elle a profité de l’occasion pour nous rappeler à nous-même, qu’il n’est pas nécessaire d’attendre le retour de la saison estivale pour transmettre la passion de la pêche à la mouche. Plus tôt cette année, elle a profité d’une sortie de pêche blanche pour faire essayer à ces fils, des mouches plutôt que des appâts traditionnels. Voyez par vous-mêmes!

%d blogueurs aiment cette page :